Sunday, November 02, 2014

Exposition Individuelle  "Petit Formats'" Juan Diego Vergara, 12eme Paris,Nov,2014.
Exposicion individual "pequenios formatos" Juan Diego Vergara,en el distrito 12 de la ciudad de Paris,Nov 2014.




























































































































































































































































Monday, June 09, 2014


Zoom à Crème pour les corps,Zoom a crema para el cuerpo.Paris,Junio,2014.


Série Désire et Plaisir, Crème pour les corps ;feutre sur rideau de douche, 1.80x2.00m. 
Serie Deseo y Placer, Crema para el cuerpo, plumon sobre cortina de ducha.1.80 x2.00m.
Zoom a Tendeuse 9h00 Paris,feutre sur rideau de douche.Paris,Juin,2014.
Zoom a la obra Rasuradora 9 de la maniana,Paris. Plumon sobre cortina de ducha,Paris,Junio,2014.


Série "Désire et Plaisir",Tendeuse 9h00,Paris. feutre sur rideau de douche. 1.80x2.00m Paris,Juin,2014. Serie "Deseo y Placer" ,Rasuradora,9 de la maniana,Paris,plumon sobre cortina de ducha, 1.80x2.00m Paris,Junio,2014.

Sunday, June 08, 2014

Articulo de Jorge Bernuy sobre mi trabajo plastico,suplemento cultural Lundero,diario La Industria,Chiclayo-Trujillo,Peru,Junio,2014.
Portada de la publicacion  cultural  Lundero,con el articulo de Jorge Bernuy, diario La Industria,Chiclayo-Trujillo,Peru.2014.

Saturday, June 07, 2014



Promenade dans les étoiles, feutre sur rideau de douche, 1.80 x 2.00 m, Paris,Juin,2014.
Paseo por las estrellas, plumon sobre cortina para ducha, 1.80x 2.00m,Paris, Junio,2014.


Promenade dans les étoiles,feutre sur rideau de douche, 1.80x2.00m,Paris;Juin;2014.
Paseo por las estrellas, plumon sobre cortina para ducha,1.80x2.00m,Paris,Junio,2014.

Thursday, June 05, 2014

                                                                                                                    Paris, 5 de junio del 2014                  
                           Balance de mis dos exposiciones en Paris y Lima,con la série homo-erotica.
                                                                   Febrero – Abril 2014

Es importante citar algunas experiencias que se dieran antes de mi exposicion en la Libreria « les mots à la bouche »,en el barrio gay parisino,le marais 6 -27 febrero,2014.
Realize diferentes intentos de hacer posible una exposicion individual entre los meses de diciembre 2013 a Enero del 2014,  ,en una sala de exposiciones en la ciudad de Paris,con la serie de pinturas y fotos de la serie « homo-erotica ». El primer intento se dio lugar en la asociacion de artistas de Belleville,Les AAB en el distrito 20 de la ciudad de Paris,asociacion a la cual soy miembro y donde anteriormente ya he realizado dos exposiciones individuales en su sala de exposiciones.Les presente mi dossier al comite de seleccion del AAB con fotos de la  serie de pinturas y fotografias llamada  « homo-erotica », presentando esta serie que tiene como tema la vida privada del artista como tema en su trabajo plastico, mi vida privada homosexual en Paris.Busqueda que comence en el 2010 hasta el 2014, mas la respuesta del jurado fue negativa, por que consideraron que mi serie de pinturas homo erotica es demasiado directa sexualmente hablando. El problema era sobre todo los visitantes que vienen durante el fin de semana a la sala, sobre todo los « menores de edad », que vienen a visitar la sala acompanados de sus padres y el problema era tambien el barrio,que no es un barrio facil para mostrar este tipo de tema y las escenas de sexo homosexual eran demasiado fuertes y directas, mas lo que si me proponian era el hacer un proyecto de exposicion con el mismo tema erotico, con otros artistas de la asociacion a manera de colectiva,artistas no necesariamente homosexuales, si no heterosexuales, la vision del erotismo dentro del  campo de estudio heterosexual,etc.  Obtuve la misma respuesta del problema con los « ninos »en el momento que propuse el proyecto de exposicion con la serie homo-erotica en Lima- Peru,en la sala de exposicion de la Fundacion Euroidiomas, sala situada  en el barrio de Miraflores , el tema de mi pintura demasiado fuerte para el publico visitante, que vienen con ninos. Mas al final logre hacer en dicha sala, una antologica de mi pintura,exponiendo etapas pasadas, que sirvio para explicar, cual fue todo el proceso antes de llegar  hablar de mi vida privada en mi pintura,la muestra se dio de manera paralela a mi exposicion  con la serie « homo erotica »en una libreria en el centro de lima, lado de la ciudad aun considerado « under ».
En Paris la respuesta a mi solicitud de busqueda de lugares de exposicion, para mostrar la serie homo erotica  a siempre sido el aconcejarme buscar sala de exposiciones en el barrio gay de Paris, le marais.
Asi que realize  la busqueda de un lugar de exposiciones en le marais, enviando mi proyecto de exposicion a la oficina del organismo LGBT de la Rue Rambuteau en Paris, la respuesta fue negativa con el mismo motivo : el tema de la serie « homo-erotica » era muy fuerte y directo. Y me preguntaron si no tenia otro tipo de cuadros,menos fuertes, mas decorativos.
En el Bar « Le Duplex » en le marais tambien, deje mi proyecto de exposicion,con la serie homo-erotica : la primera vez, me respondieron que la agenda de exposiciones  ya estaba llena y otro dia hable directamente con el duenio del bar,quien a su vez esta a cargo de organizar las exposiciones de pintura en el bar, el me respondio que era el quien daba el tema de exposicion a los artistas y de preferencia eran exposiciones colectivas y pocas individuales. Paralelamente envie mi proyecto, con la serie « homo erotica » el cual fue aceptado en la libreria « Les mots à la bouche » en le marais,Paris y asi mismo comence a hacer contacto con la libreria Arcadia Mediatica de Lima- Peru. Libreria especializada en arquitectura y artes visuales, que se  mostraron muy entusiastas con el proyecto de la serie homo erotica y aceptaron mi proyecto de exposicion. La exposicion se llamo « El efecto del espejo, la imagen exterior y la imagen intima », tema de mi tesis para el Doctorado en Artes Plasticas de la Universidad Sorbona Paris 1 y se llevo a cabo en el mes de Marzo del 2014.
Mi exposicion individual de pintura con la serie « homo-erotica » en la libreria « les mots a la bouche »en le marais,tuvo lugar durante el mes de Febrero del 6 al 27.
En la libreria « les mots à la bouche » el zotano es adaptado como lugar de exposiciones, los cuadros con las  pinturas al oleo  que tocaban el tema de los bares homosexuales con salas de reencuentro sexual-homosexual en Paris, cuadros de pequenio formato (50x50cm) y las fotos en las cuales aparezco vestido con ropa interior femenina formato (40x40cm) estaban colgados en las paredes de la libreria,entre los libros. Como experiencia de montaje de la exposicion, fue muy interesante ya que la estetica de mis cuadros y fotos hacian buen nexo con el tema de la libreria. Las portadas de los libros hacian una buena mezcla, el lugar «  les mots à la bouche » en en efecto una libreria que propone en venta escritos literarios y films en dvd de corte homosexual. Otra caracteristica de esta experiencia de exposicion,es que antes de mi exposicion, se realizo la exposicion de otro artista plastico igual « latino »,el cual expuso una serie de dibujos homo-eroticos hechos en aguatinta, es como si hubiera una tendencia actual de artistas homosexuales latinos en Paris, una tendencia a mostrar en estos momentos este tipo de tema en pintura y fotos.
La exposicion duro tres semanas en la libreria « les mots à la bouche » realize una visita guiada para tres personas, visita en la cual hable sobre mi proceso plastico,de como llegue a pintar mi vide intima homosexual en mis cuadros. No vendi ningun cuadro : el publico, los visitantes eran compradores de la libreria, ellos pasaban en frente de los cuadros. Mas las fotos, tamanio 40x40cm, donde estoy vestido con  ropa interior femenina, les llamaban mucho la atencion. Esta serie gusta mucho al publico, visitantes de la libreria que estan mas que todo de pasada en el zotano de la libreria en busca de un libro.
Durante una conversacion que realize durante en una fiesta en el bar « Le Duplex » en le marais, un hombre, el duenio de una tienda de fotos en le marais me conto su experiencia y lo dificil que era de exponer y vender en su tienda una serie de fotos,  arte frontal  y directo de sexo homosexual. El expuso una serie de fotos de esta misma estetica parecida a la de mis cuadros, mas el publico no compro nada. Pareciera me decia el,que los homosexuales parisinos, aquellos que pueden comprar arte, no quieren ver este tipo de escenas en las cuales la sexualidad dura homosexual en los bares con dark room en Paris, que son parte de la vida nocturna gay en Paris y que son parte del barrio de la vida gay parisina. El publico gay comprador, prefiere comprar fotos con una estetica mas cercana al pop art o arte mas decorativo, mas al estilo del gusto « heterosexual ».
Yo no estoy diciendo que se tenga que comprar mi pintura, mi serie homo erotica, se que es fuerte y directa, mas la pintura es un arte por ultimo. Lo que es extraordinario de estas anecdotas y experiencias es la simple accion de buscar un lugar de exposiciones en Paris y Lima, me de respuestas del lado profesional, como pintor, respuesta que es el reflejo del ambiente del circuito cultural en frente a determinados temas de exposicion. Ciertas estructuras, ciertos organismos culturales en el dominio de las artes plasticas, no aceptan aun determinado tipo de temas. Un reflejo de la verdadera sociedad gay en Paris y de la posicion de organismos como LGBT, organismos representativos de la comunidad homosexual, que rechazan una exposicion de pintura y fotos de corte homo erotico y que piden en su lugar arte decorativo, experiencia muy rica que me ayuda a comprender y saber cual mi posicion de pintor en la sociedad parisina y mundial, un pintor quer habla son sinceridad dentro de su trabajo, que habla con sinceridad sobre su vida privada en su propia pintura y que utilisa el tema de su vida privada homosexual en Paris, como tema de su obra.
El comisario de exposicion  Agustin Perez Rubio (Espana), durante su estadia en Lima en abril del 2014, visito mi exposicion «  El efecto del espejo, la imagen exterior y la imagen intima «  en la libreria Arcadia Mediatica, en su local del centro de Lima. Le hice saber mi posicion artistica sobre la serie homo erotica,que es la continuacion de la misma mecanica de trabajo  de pintor que vive en la ciudad, y que cuenta su vida en la ciudad de Lima Peru, mas que ahora al cambiar de ciudad cuento mi vida en Paris, con  mi propia vida privada homosexual. Para llegar a contar mi vida privada en mis cuadros,es la respuesta de un proceso que comienza en el anio 2000 y que a pasado por diferentes etapas esteticas. Le hice el comentario que yo estaba preocupado durante mi exposicion «  El efecto del espejo, la imagen exterior y la imagen intima »,el ambiente cultural en Lima estaba conduciendo al publico a hacer nexos de mi trabajo plastico y el activismo homosexual, por la defensa de los derechos homosexuales Perez Rubio me contesto que el hecho de hacer una exposicion de genero era de ya una forma de ser activista. Cierto mi trabajo es el resultado de un proceso mas es tambien una pintura de genero, pero que queda como un trabajo plastico. Segun Perez Rubio, es justamente en razon a un contexto por la defensa de los homosexuales, que existe ahora una tendencia, de toda una parte de la comunidad homosexual y sobre todo organismos culturales homosexuales, que dan preferencia a vender una imagen mas suave de la comunidad gay, de mostrar esta comunidad  mas suave de cierta manera y de no mostrar ciertas escenas de la comunidad gay. Los homosexuales no quieren ver este tipo de escenas de sexo directo, por que ellas les parecen demasiado grotescas o duras. Prefieren integrarse en un modelo dominante. Reciprocamente existe tambien una tendencia cultural que trata de hacer entre este tipo de arte directo y crudo de la vida privada en el activismo.
Julien Bargeton, miembro del Partido Socialista en Paris, opina que ,para algunos , mi serie de pinturas y fotografias de la  serie homo-erotica, parecieran oponerse a este intento de integracion de la comunidad gay en la sociedad heterosexual parisina, sin implicacion ni distincion de genero. Esta serie estaria oponiendose a la actitud de la comunidad gay en favor de la ley del matrimonio para todos ( matrimonio gay en Francia) la adopcion de ninos por parte de parejas homosexuales,los derechos de los homosexuales,que son la base de la inclusion  de los homosexuales, la aspiracion a una  cierta « normalidad » : cuando  mis trabajos cuadros cuentan sobre el limite, el margen.
Julien Bargeton, membre de PS à Paris, estime que, pour certains, ma série de peintures et photos  semble s’opposer à cette  inclusion de la communauté gay dans la société  hétérosexuelle parisienne. Cela s’opposerait à cette attitude de la communauté gay en faveur du mariage pour tous, l’adoption des enfants pour les couples homosexuels, les droits des homosexuels,  qui sont les bases de «  l’inclusion » des homosexuels, bref l’aspiration à une certaine « normalité » alors que mes tableaux racontent la « marge ».

Mi serie de cuadros y fotos esta construida a partir de la percepcion de la un pintor homosexual (yo) que pinta y vive en Paris,una vida homosexual en la que la base es la expresion de « su deseo, su placer »,placer y deseo sexual sin censura, placer que encuentra en vestirse con ropa interior femenina y de fotografiar su  reflejo en el espejo del banio de su departamento en Paris. Todo esta hecho por la representacion del placer, entonces me parece que estamos negando el aspecto elemental muy importante de la vie de la comunidad homosexual ( o heterosexual). Este placer aporta una riqueza en  esta variedad de experiencias, un comportamiento : que es la afirmacion de ser libre. Esta mezcla de experiencias sexuales y esteticas, esta diversidad de tendenciasy de maneras de ser homosexual y no tiene nada que ver con la vida heterosexual. En esta vida homosexual  es imagen muy importante, los fantasmas o fantasias sexuales son todas imagenes,un material visual muy rico para un pintor o artista plastico o para quien trabaje con las imagenes o dentro del dominio de las artes visuales.
Esta imagen es la materia del  fantasma, de su realizacion, es el material de mi trabajo . La efervesencia de mi busqueda para esta tesis doctoral.
Al final de mi exposicion en Lima «  el efecto del espejo, la imagen exterior y la imagen intima » llego a realizar la publicacion de un libro catalogo con toda la serie homo erotica «  la imagen exterior y la imagen intima ». Llegue a vender en Lima, varios ejemplares del mismo,durante la presentacion del libro en la Fundacion Euroidiomas y deje tambien algunos ejemplares en la libreria Arcadia Mediatica de Lima y en Les mots à la bouche en Paris.
Mi posicion  de artista plastico, que trabaja su propia estetica, que no busca la inclusion o ser aceptado o rechezado, por el circuito artistico oficial o cultural, con este papel llego a desarrollar el tema « mi vida privada como tema de mi propia obra » es la respuesta en mi trabajo plastico, proceso que comienza en el anio 2000.
Yo encuentro en las artes plasticas un  buen medio de hacer frente a la sociedad y es una forma de ayudar a la inclusion del artista plastico y del homosexual mas sin perder su « verdadera identidad y esencia » por el lado artistico con la investigacion de materiales y la libertad en el tema de su propia obra,y por el lado homosexual una imagen homosexual y su relacion con el plaisir y su lado perverso,la perversite, un elemento de una sexualidad homosexual, qui est ça propre manière d’être perversite en el sentido como motor sexual,no como enfermedad.
«  Su obra recupera de manera fundamental el potencial subersivo de los cuerpos en frente de todas las normas donde la heteronorma que hace de las representaciones del deseo y del placer un espacio politico un espacio de afirmacion y de resistencia ». extracto del texto de Miguel Lopez, comisario de mi exposicion « El efecto del espejo, la imagen exterior y la imagen intima »
Opinion de Miguel Lopez sobre el nexo de mi serie homo-érotica y el activisme :
« Por ejemplo Juan Diego Vergara no milita en ningun movimiento homosexual,mas el es una persona que comienza a articular un espacio de lucha personal a partir de un espacio,en el cual el empieza a producir imagenes que tienen relacion con nuevas experiencias de vida como hombre gay que vive en Paris. Vergara en esta ultima exposicion «  el efecto del espejo, la imagen exterior y la imagen intima, hace representaciones de cuadros que muestras reencuentros en bares con cuarto oscuro en Paris  u otro cuadro donde muestra herramientas de estilo SDM (sadomasoquista). El se abre para compartir estas experiencias con todos los espectadores y procura generar un espacio de inter cambio y conversacion a partir de esta experiencia, abre su campo personal y de esta manera otros pueden sentirse identificados. Como en la serie Heroes y Villanos,en la cual hace una contraposicion de portadas de revistas Têtu y con citaciones de articulos de personalidades que tienen una posicion abierta de persecucion contra la sexualidades disidentes. En fin, lo que me interesa es como estas imagenes pueden tambien permitir pensar el luchas sociales a partir de otro lado. Yo creo que la forma es un dialogo interesante que cuando se llega a ello es fantastico. Que es lo que las luchas sociales pueden decir de este tipo de arte ? y Que es lo qu estas luchas sociales nos pueden decir de estas practicas visuales ?
Conclusion Juan Diego :
Mi papel de artista plastico me da el poder de la creacion de una propia estetica pro la aceptacion de un reflejo de la vida homosexual en relacion   con «  el placer  y la perversidad ».
« por que mi trabajo ha estado siempre ligado al placer, yo me siento mujer, yo tomo la opcion de vestirme con ropa interior femenina y de tratar de mirar mi reflejo en el espejo me encuentro atractivo, no encuentro ningun motivo para disculparme de eso, encontre una manera de trabajo a manera de selfie en el facebook,hace unos anios que comence a tomar fotos de mi mismo en mi perfil y esta mecanica de trabajo es la que utiliso hasta ahora en mi trabajo plastico,es mi propia terapia personal. Al principio mis primeras fotos eran criticadas por mis amigos en Lima «  te muestras demasiado en Facebook,estas en tu etapa egocentrica, te muestras siempre con una camisa o un nuevo saco » y respondia que es el resultado de la experiencia de vivir en Paris,donde hay mucha moda de hombre y mujer, mucha estetica, el lado visual esta muy desarrollado,todo entra por los ojos,es muy importante la apariencia, el aspecto personal. A mi siempre me gusto la moda siempre, mi busqueda por un estilo propio de como vestirme comienza durante los anios ochentas,con la movida wave, periodo testimonial que ha sido tambien tema en mi  trabajo plastico ».
Conclusion : El artista plastico toma el riesgo de ser tomado como activista cuando su discurso plastico es demasiado frontal y mas aun si el tema es su propia vida privada, yo creo que debo continuar con este tema de mi vida privada mas sin perder el elemento de deseo y placer, de fantasia, de magia en la elaboracion de mi propia estetica, es una manera de proteccion contra el activismo y la manipulacion de mi propio discurso plastico ».
                                                                                                                             Juan Diego Vergara
                                                                                                                                Artista Plastico                                                                                           
           Bilan d' exposition avec la série homo-érotique à Paris et Lima.

Il est important d’évoquer d’abord d’autres expériences avant mon expérience d’exposition  dans la librairie « les mots à la bouche » dans le marais   6 – 27 février 2014).
J’ai fait différents essais entre les mois de décembre 2013 et janvier 2014,  pour rendre possible  le projet d’exposition individuelle, dans un lieu d’exposition à Paris, avec la  série de peintures et photos « homo-érotique ». Le premier essai a eu lieu avec l’association des artistes de Belleville, Les AAB dans le 20eme arrondissement, association dont je suis membre et avec laquelle j’avais déjà fait avant des expositions individuelles dans la galerie de l’association. J’ai présenté mon dossier au comité de sélection des AAB  avec des photos de la série des peintures et photos série « homo érotique », j’ai présenté la série avec le sujet de la vie privée de l’artiste comme sujet de son travail plastique, ma vie privée  homosexuelle à Paris, recherche que j’ai commencé en 2010 jusqu'à 2014, mais la réponse du jury a été négative, parce qu’ils considèrent que ma série de peintures homo érotique est trop directe sexuellement. Le problème est surtout les visiteurs qui viennent pendant le weekend visiter la galerie,  surtout «les enfants » qui viennent visiter la salle en compagnie de  leurs parents et le problème est aussi le quartier, ce n’est pas un quartier facile pour ce type de sujet  et les scènes de sexe homosexuel sont trop fortes  et directes, mais en revanche je peux présenter un projet d’exposition  avec le même sujet érotique,  avec des autres artistes pas homo, hétérosexuelle,  la vision de l’érotisme dans le champ d’études hétérosexuelles, etc. J’ai, encore, obtenu la même réponse  (« les enfants ») pour  montrer  ma série «  homo érotique »  à Lima-Pérou, dans la salle d’exposition d’un institut d’anglais Euroidiomas, situé dans un quartier commercial à Miraflores, à savoir que le sujet de ma peinture est trop fortement sectorisé pour le public visiteur avec des enfants. Enfin, j’ai réussi à faire une exposition bilan de mon travail plastique, des anciennes étapes, exposition parallèle à mon  exposition avec la série homo-érotique dans une librairie dans le centre de Lima- Pérou, un côté de la ville encore considéré «  underground »
À Paris, la réponse à ma question sur les lieux d’exposition pour montrer la série homo érotique a toujours été de me conseiller de chercher une salle  d’exposition dans le marais.
J’ai commencé la recherche d’un lieu d’exposition  dans le quartier du marais : j’ai envoyé mon projet d’exposition à l’espace d’exposition du bureau LGBT de la Rue Rambuteau à Paris, la réponse a été négative avec le même motif : le sujet de la série « homo-érotique » étant selon eux trop fort et trop direct. Ils m’ont demandé si je n’aurai pas un autre style de tableau, moins fort, plus décoratif.
Dans le bar « Le Duplex » bar dans le marais, j’ai laissé mon dossier aussi, avec la série homo érotique : la première fois, ils sont répondu que l’agenda était plein et un autre jour où j’ai parlé directement avec  le patron du bar, il a répondu qu’il  choisissait les sujets d’exposition, préférant des expositions collectives. De manière parallèle, j’ai réussi à proposer mon projet d’exposition avec la série «homo érotique » dans la librairie «  les mots à la bouche », dans le marais à Paris ; en même temps, j’ai commencé aussi à prendre contact par mail avec la  librairie « Arcadia Mediatica », librairie spécialisée en  architecture et  arts visuels, à Lima - Pérou,  qui s’est montrée  très enthousiaste avec la série homo-érotique, en acceptant mon projet d’exposition. L’exposition s’est appelée « L’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime », sujet de ma recherche pour le doctorat en arts plastiques, Université Sorbonne Paris 1.
Mon exposition individuelle de peinture avec la série  « homo érotique »  dans la librairie « les mots à la bouche » dans le marais, a eu lieu au mois  de  février, du 6 au 27.
Dans la librairie, le sous-sol est adapté  comme lieu d’exposition, les tableaux de peintures à l’huile série qui parle sur la vie nocturne homo à Paris et les scènes dans le bars avec  dark room à Paris, tableaux   petit format (50x50 cm)  et les photos où je suis habillée avec des sous- vêtements  féminins de 40cm x 40cm sont accrochés sur les murs de la librairie entre les livres. Comme expérience d’accrochage, cela fut très intéressant parce que l’esthétique de ma peinture et de mes photos est liée au sujet de la librairie. Les couvertures des livres font un bon mélange, ce lieu « les mots à la bouche »  est en effet une librairie proposant des écrits et des films dvd homosexuels. Une autre caractéristique est qu’avant de faire mon exposition, un autre artiste plasticien « latino » également,  a réalisé son exposition avec des dessins homo érotiques, comme s’il y a avait une tendance des artistes homosexuels latinos à Paris, tendances à montrer en ce moment ce type de sujet en peinture ou en photos.
L’exposition a duré trois semaines dans « les mots à la bouche », j’ai fait une visite guidée pour trois personnes, dans laquelle j’ai parlé de mon processus, comment j’arrive à peindre ma vie intime homosexuelle dans mes tableaux. Je n’ai vendu aucun tableau : le public, les visiteurs sont des acheteurs de la librairie, ils sont passés  en face des tableaux. Les photos, série des photos de 40x40cm, où je suis habillé avec des sous-vêtements féminins, les attirent beaucoup. Cette série plaît au public, visiteurs de la librairie  qui sont  plutôt de passage dans le sous-sol à la recherche d’un livre.
Durant la conversation que j’ai eue dans  une soirée au  bar « le duplex » dans le marais, un homme, le patron d’une boutique de photos dans le marais m’a raconté son  expérience difficile pour exposer et vendre dans sa boutique une  série de photos, art frontal et direct de sexe homosexuel. Il a exposé une série des photos de la même esthétique que ma peinture, mais le public n’a rien acheté. Selon lui, les homosexuels parisiens, même ceux qui peuvent acheter de l’art, n’ont pas envie pas de voir ces  scènes dans lesquelles apparaît la sexualité dure homosexuelle des bars avec dark room  à Paris, qui font partie de la vie nocturne homo à Paris, qui font partie du quartier de la vie gay parisienne. Le public gay acheteur préfère acheter des photos avec une esthétique proche du pop art, un art plus décoratif, proche aux goûts « hétéro ».
Je ne dis pas qu’il faut acheter ma peinture, ma série homo érotique, dont je sais qu’elle est forte et directe, mais la peinture est un art in fine. Ce qu’il y a d’extraordinaire dans ces anecdotes, ces expériences est que la simple action de chercher un lieu d’exposition à Paris et à Lima, m’apporte des réponses du côté professionnel, comme peintre, réponse qui est le  reflet de l’ambiance culturelle en face de certains sujets. Certaines structures, certains organismes culturels dans le domaine de l’art plastique, n’acceptent toujours pas certains sujets. Un  reflet de la vraie société gay  à Paris est la position des organismes comme LGBT, organismes représentatifs de la communauté  homosexuelle, qui refuse une exposition de peinture et photos homo érotiques et qui demande à la place de l’art décoratif, expérience très riche et qui m’aide à  comprendre et  savoir ma place comme peintre dans la société parisienne et mondiale, un peintre  qui parle avec sincérité de sa vie privée dans sa propre peinture et qui utilise même le sujet de sa propre vie privée homosexuelle à Paris, comme sujet de son œuvre.& 
Le commissaire  d’exposition  espagnol  Agustin Perez Rubio, pendant son passage à Lima en  avril 2014, a visité  mon exposition « L’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime » dans la librairie Arcadia Mediatica. Je lui ai raconté ma position artistique à propos de la  série  homo érotique, qui en fait  poursuit la même mécanique de travail  de peintre de la ville, qui avant évoquait ma vie à Lima au Pérou  et qui maintenant retrace ma vie à Paris, donc ma propre vie privée homosexuelle. Pour arriver à ce résultat, c’est tout un processus qui a commencé en  2000 et qui a passé par plusieurs étapes esthétiques. J’étais inquiet car pendant mon exposition, « L’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime »,  l’ambiance culturelle à Lima conduisait le public à faire  des liens entre mon travail plastique et l’activisme homosexuel, pour la défense des droits des homosexuels. Perez Rubio m’a répondu que l’acte  de faire une exposition de ce genre est déjà une manière d’être activiste. Certes mon travail est le résultat d’un processus mais c’est  aussi une peinture de genre, qui reste aussi un travail plastique. Selon Perez Rubio, c’est justement en raison de ce contexte pour la défense des homosexuels, que maintenant une tendance, de toute une partie de la communauté homosexuelle et surtout des organismes culturels homosexuels, est de préférer vendre une image de la communauté gay plus « soft », d’adoucir d’une certaine manière la communauté gay  et de ne pas montrer certaines scènes de la vie gay. Des homosexuels ne veulent pas voir ces scènes de sexe directes, car elles leur semblent trop grotesques ou dures. Ils préfèrent s’intégrer dans un modèle dominant. Réciproquement existe aussi une tendance culturelle qui essaie de faire entrer ce type d’art évoquant directement et crument la vie privée dans l’activisme.
Julien Bargeton, membre de PS à Paris, estime que, pour certains publics, mes séries de travaux et recherches de représentations (peintures et photographies) semblent s’opposer à cette  essai d'intégration de la communauté gay dans la société  hétérosexuelle parisienne, sans implication et distinction de genre. Cela s’opposerait à cette attitude de la communauté gay en faveur du mariage pour tous, l’adoption des enfants pour les couples homosexuels, les droits des homosexuels,  qui sont les bases de «  l'unification » des homosexuels, bref l’aspiration à une certaine « normalité » ; alors que mes tableaux racontent la « marge ».
Ma série s’est construite à partir de la perception d’un peintre homosexuel (moi) qui peint sa vie à Paris, mais une vie homosexuelle dans laquelle la base est l’expression de « son plaisir », plaisir sexuel sans censure, plaisirs trouvés dans le contact sexuel furtifs dans le dark-room lieux spécifiques dans les bars, s’ajoute le plaisir de m’habiller avec des sous-vêtements féminins et de photographier mon reflet face au miroir de la salle de bain dans mon appartement à Paris. Tout se fait pour la représentation du plaisir, car il me semble que nous négligeons l’aspect élémentaire très important  dans la vie en communauté  homosexuelle (ou hétérosexuelle). Ce plaisir apporte cette richesse et ces variétés d’expérimentations, un comportement : affirmation d’être libre. Ce mélange des expériences sexuelles  et esthétiques, et cette diversité des tendances et des manières d’être homosexuel, n’a rien à voir selon moi avec la vie sexuelle hétérosexuelle. Dans cette vie homosexuelle, l’image est très importante, les fantasmes sexuels sont tous des images, un matériau  visuel très riche pour un peintre ou artiste plasticien ou quelqu'un qui travaille avec des images ou dans le domaine de l’art visuel.
Cette image est la matière du fantasme, de sa réalisation, et le matériau de mon travail. L’effervescence de mes recherches pour cette thèse de doctorat.

À la fin de mon exposition à Lima, « L’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime »  je suis arrivé à imprimer un livre catalogue avec toute la série « L’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime ». Je suis arrivé à vendre à Lima quelques exemplaires de mon livre  pendant la présentation du livre dans la fondation Euroidiomas et j’ai, par ailleurs, laissé quelques exemplaires dans la librairie « les mots à la bouche » à Paris.
Ma position d’artiste plasticien, qui travaille sa propre esthétique, qui ne cherche pas l'intégration ou être accepté, pour le circuit artistique officiel ou culturel, reste que le développement de mon sujet  « ma vie privée comme sujet de mon propre ouvre » est la réponse de mon processus de travail  plastique que j’ai commencé en 2000.  
Je veux exprimer que l’art plastique est un bon moyen pour faire face à la société et est une forme d’aide dans l’inclusion de l’artiste plasticien et  l’ homosexuel, mais sans perdre « sa vraie identité et son essence », doublement : du côté artistique avec  la recherche de matériaux et la  liberté des sujets de son œuvre et du côté homosexuel, en assumant une image de l’homosexuel et de sa relation  avec  le plaisir, voire la  perversité, élément  d’une sexualité  homosexuelle, qui est sa propre manière d’être, sa démarche artistique tournée vers la perversité non dans le sens de la maladie, mais comme moteur de recherches des plaisirs sexuels et des satisfactions d’une représentation de ses imaginaires. 
« Son œuvre récupère de manière fondamentale le potentiel subversif des corps en face de toutes les normes dont l’hétéronomie qui fait des représentations du désir et du plaisir un espace politique, un espace d’affirmation et de résistance » dit par Miguel Lopez dans l’extrait du texte, « L’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime » comme commissaire d’exposition,
Opinion de Miguel Lopez sur le lien entre ma série homo-érotique et l’activisme :
« Par exemple, le peintre Juan Diego Vergara ne milite dans aucun mouvement, il est une personne qui a  commencé à articuler un espace de lutte personnelle à partir d’un espace dans lequel il produit des images en relation à ces nouvelles expériences de vie comme homme gay qui habite à Paris. Vergara dans cette dernière exposition l’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime, représente des tableaux qui montrent ces rencontres dans les bars homo avec des dark room ou d’autres tableaux dans lesquels il montre des outils de style SM. Il s’ouvre pour partager ces expériences avec tous les spectateurs et procure un espace d’échanges et de conversation à partir de cette expérience, ouvre son champ personnel et de cette manière les autres peuvent se sentir identifiés. Comme dans sa série Héros et Salaud, dans laquelle il oppose  des couvertures de magazines Têtu avec des citations des articles des personnalités qui ont une position ouverte de persécution contre les sexualités dissidentes. Enfin, ce qui m’intéresse est comment ces images peuvent aussi permettre de penser les luttes sociales à partir d’un autre lieu. Je crois que cela forme un dialogue très intéressant qui est fantastique quand il arrive. Qu’est-ce que les pratiques artistiques peuvent dire des luttes sociales et politiques ? Et inversement : qu’est-ce que les luttes sociales nous apprennent des pratiques privées, de ces lieux ? ».
C’est un paradoxe : l’artiste devient activiste en raison du contexte (le combat pour les droits des homosexuels dans le monde) et son œuvre est utilisée pour l’intégration dans la société, alors que son discours au contraire insiste sur la marge de la vie homosexuelle par rapport à la norme hétérosexuelle.
Conclusion Juan Diego :
Mon rôle d’artiste plasticien  me donne le pouvoir de créer une esthétique pour faire accepter un reflet de la vie  homosexuelle en lien avec « le plaisir et  la perversité ».
Entretien sur le site Internet péruvien « La Mula.pe », sur  l’exposition « L’effet miroir, l’image extérieure et l’image intime » en relation au  « plaisir » dans mon travail plastique :
« Parce que mon travail a toujours été lié au plaisir, comment je me sens femme, je fais le choix de m’habiller avec des sous-vêtements féminins et d’essayer  de regarder mon reflet dans le miroir parce que je me trouve attirant, je ne trouve aucune raison pour m’excuser de cela, je trouve un lien avec  le selfie en  facebook. Il y a quelques années que j’ai commencé à prendre des photos de moi-même  et les montrer dans mon profil, c’est la mécanique de travail que j’utilise maintenant dans mon travail plastique, c’est ma propre thérapie personnelle. Au début mes premières photos en facebook ont été critiquées par mes amis  à Lima-Pérou «  tu te montres beaucoup en Facebook, c’est une étape egocentrique, tu te montres toujours avec une chemise ou une nouvelle veste » et j’ai répondu que c’est le résultat de l’expérience de vivre à Paris, beaucoup de mode, d’esthétique, de côté visuel, tout ça rentre par les yeux, l’apparence, l’aspect personnelle sont très importants. J’ai toujours aimé la mode, ma recherche d’un style personnel dans ma manière de m’habiller, ça a commencé pendant les années quatre-vingt et c’est toujours sur cela que parle mon travail plastique actuel».
                Projet :
Mon prochain projet sera la candidature à un lieu de résidences artistiques au Mexique, avec  l’élaboration d’ un  « manifeste artistique » en forme de  fanzine, illustré avec des peintures et dessins  avec des scènes homo érotiques en  défense du « plaisir et de la perversité  homosexuels » , en  réponse et contre  une stratégie  politique mondiale  d'assimilation de l’homosexuel dans la société hétérosexuelle, sans laisser de côté sa vrai nature. Mais je voudrais utiliser une esthétique plus artistique dans cette série.    
Conclusion : 
« l’artiste plasticien prend le risque d’être nommé activiste quand son discours  est trop frontal et que le sujet évoque sa vie privée. Je crois qu’il doit continuer avec cette narration de sa vie privée mais sans perdre  l’élément de plaisir, de fantaisie, de magie  dans  l’élaboration de sa propre esthétique, une manière  de protection  contre l’activisme et la manipulation de son propre discours plastique ».                                                                                            
                                                                                                               Juan Diego Vergara, Paris, 2 juin 2014.



Wednesday, February 26, 2014

Tuesday, January 29, 2013


Pintura al paso
Como parte de sus continuas investigaciones sobre el imaginario visual de la vida urbana, Vergara ha decidido fijar esta vez su mirada
en las portadas de revistas y afiches de su entorno inmediato: “París del siglo 21”. Vergara se convierte así en un pintor-paseante que
captura, a través de una mimesis sucia e irónica, las maneras en que estas publicaciones no sólo ocupan el espacio público sino también
definen las formas de ser y de existir en una sociedad en un momento especifico. A través de estas apropiaciones, el artista parece
intentar descifrar los estímulos estéticos a los cuales se encuentra expuesto, estableciendo también una distancia critica con respecto
a las formas agresivas que asume el comercio de cuerpos y estéticas.
Las acciones de intervención callejera que las acompañan señalan el carácter efímero y lúdico que el artista espera para la vida de
sus obras. Acciones que se concretan aquí en dos exposiciones de pintura, en dos kioskos de periódicos respectivamente, en la ciudad
de Paris durante el mes de Junio del 2012. Un gesto con el cual el artista devuelve al espacio público aquello que tomó en su paso por
la propia calle. Quizá esa pintura de la “ciudad moderna” a la cual alude el artista en esta época, no sea otra que aquella pintura que ha
dejado ya de serlo. Sin embargo, para él sigue siendo este soporte la principal herramienta de análisis de todo lo que le rodea, sin que
ello implique ceder a las exigencias formales de cómo algo debe ser representado y exhibido. Vergara pinta lo que lo atropella, lo que le
sale al paso, lo que lo seduce. Y pinta con afecto, pasión y desborde. La suya es una pintura con actitud.

Miguel A. López
Lima, junio 2012

Peinture en passant.
Comme parti de ses continues recherches sur l’imaginaire visuel de la vie urbaine, Vergara a choisi de poser son regard sur les couvertures
de magazines et posters dans son entourage plus proche : le Paris du 21ème siècle. Vergara ce transforme dans un peintre
flâneur qui prend, par le biais d’une « mimesis » ironique, les manières dans lequelles cettes publications pas seulement apprope l’espace
public si non aussi le donne la definition d’être et de vivre d’une société à un moment spécifique.
Pendant ces appropriations ,l’artiste essaie de déchiffrer les stimules esthétiques a lesquelles lui être expose, mais de la même manière,
l’artiste essaie de rester dans une distance critique sur les formes agressives qui voir le commerce de corps et esthetiques Les
interventions dans l’espace public avoir un caractère ludique et éphémère, que est ce ça le que l’artiste attendre comme vie pour ces
ouvres. Intervention dans l’espace public que van a finir en deux expositions expositions de peinture, en deux kiosque de journaux à Paris
pendant le mois de Juin 2012.La premier exposition de peinture dans un kiosque de journaux. Un geste avec lequel l’artiste rendre a
l’espace public lequel il a pris dans son chemin pour la rue.
Peut etre cette peinture de la « ville moderne »,dont l’artiste parle, est un type de peinture qui est déjà lasse de la peinture même.
Cependant pour l’artiste, la peinture reste le meilleur support : c’est le principal outil d’analyse de tout ce qui l’entoure. Il ne conceptualise
pas d’ exigences formelles sur la manière dont quelque chose doit représente ou montrée. Vergara peint ce qu’il trouve, ce qui passe,
ce qui le séduit. Et il avec effets, passion et débordements. Cette exposition dessine précisément sa capacité de transformer presque
chaque visuel en un portrait enjoué de sa propre vie. C’est cela, peindre l’attitude- et avec attitude !

Miguel A. Lopez
Lima, Junio 2012

Dans cette exposition à la librairie Arcadia Mediatica à Lima au Pérou, je présente des tableaux grand format, qui font partie de la
série « couvertures de magazines », réinterprétations à l’huile sur toile. J’ai réalisé ces peintures en 2010-2012 à Paris. Cette série de
tableaux fait partie aussi de deux expériences d’intervention dans l’espace public intitulées « nouvelles stratégies d’exposition » que j’ai
menées à Paris, en 2012. Ces expériences appartiennent à mon processus de travail plastique, avec l’utilisation de l’image publicitaire
dans ma peinture, et également la réponse à la nécessité comme peintre de trouver des lieux dans lesquels montrer mon travail à Paris.
Cela crée un circuit parallèle au circuit traditionnel de l’art, mais surtout ces expériences permettent de renvoyer les couvertures à
leurs lieux d’origine, le kiosque à journaux et la station de métro.

Juan Diego Vergara
Artiste Plasticien